Au Jour D Aujourd Hui

Au Jour D Aujourd Hui


image

Tout d'abord, je tiens à commencer cette critique en remerciant les éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir fait une fois de plus confiance pour cet énième partenariat, dont le premier sur mon nouveau blog. C'est toujours un immense honneur pour moi et un grand plaisir de lire les romans édités chez Gallimard que je reçois. Je souhaitais également m'excuser du retard que j'ai pris pour ce Service Presse (je l'ai reçu fin août). J'ai manqué de temps, et ça m'est sorti de l'esprit. Je m'excuse auprès de Mme DUTORDOIR et je la remercie grandement de sa patience. C'est parti pour la chronique maintenant !Déjà, il faut savoir que j'ai demandé Aujourd'hui est un autre jour en Service Presse sans avoir lu A comme Aujourd'hui, le premier tome. Je m'explique : Aujourd'hui est un autre jour n'est pas à proprement parlé la suite d'A comme Aujourd'hui. Il s'agit en réalité d'une réécriture du point de vue de Rhiannon (j'adore tellement ce prénom, écoutez-moi cette merveille de chanson signé Fleetwood Mac ♫ ~Petite pause musique ♥ à écouter durant votre lecture), la jeune fille dont A est tombé amoureux. J'ai donc lu cette "suite" en tout état de cause et je n'ai eu aucun mal à comprendre l'histoire. Si vous préférez lire les tomes dans l'ordre, de peur que cela vous perturbe, pas de soucis. Pour ma part, j'ai préféré lire cette réécriture avant de pouvoir accepter le point de vue d'A. Je m'explique : il est beaucoup plus facile de se mettre à la place de Rhiannon, qui est une jeune fille "normale", comme n'importe quel être humain, plutôt que de devoir s'imaginer chaque jour dans un corps différent. J'ai peut-être choisi la facilité, me direz-vous, mais de lire cette histoire qui sort de l'ordinaire à travers les yeux d'une jeune adolescente à peine plus jeune que moi, cela m'a permis de m'identifier beaucoup mieux aux personnages et à ce qui leur arrive, et d'avoir une nouvelle perception et attention des êtres humains qui m'entourent. le point fort de ce roman réside dans le fait de nous faire comprendre ce que c'est que la tolérance, l'amour universel, inconditionnel, la compréhension et la chaleur humaine.Je me suis à la fois retrouvée en Rhiannon et, si je la comprenais, parfois je ne pensais pas comme elle. Rhiannon est ce genre de jeunes filles qui pensent qu'elles n'ont rien de spécial, qu'elles sont tout à fait banal, qui se sous-estiment franchement, et qui se contentent du peu qu'on leur donne, alors qu'elles méritent bien mieux dans la vie. Dans le cas de notre chère Rhi (donnons-lui un petit surnom), elle vit une relation totalement dépourvue de sentiments passionnels depuis plus d'un an avec Justin. Etant donné que je n'ai jamais eu de relations amoureuses (pauvre de moi !), j'avais du mal à avaler le fait que Rhiannon restait avec Justin, si froid, si distant, si Justin, alors qu'elle se savait malheureuse. Mais pour elle, elle trouvait que ce que lui donnait Justin était déjà énorme. Les sentiments de Rhiannon envers lui étaient si purs et sincères, que j'en ai été troublée. Cependant, Rhi sent bien que cela ne peut pas continuer ainsi, elle a ces moments de révélation durant le roman, où elle réalise que ce n'est pas ça l'amour, qu'elle ne doit pas se sentir gênée auprès de Justin, gênée de l'aimer, gênée d'être elle-même, de peur que cela l'agace au plus haut point. Vous l'aurez compris, Justin est un sacré phénomène. Au départ, je me suis dis qu'il ne méritait pas du tout la si gentille et douce Rhiannon, qui est honnête envers lui, et débordante d'amour, sans pour autant être niaise. Rhiannon est une héroïne forte, qui a ses failles, comme tout le monde, mais c'est un être qui a le coeur empli de compassion, de tolérance, de compréhension. Quand quelqu'un lui dit la vérité, elle le sent et elle sait placer sa confiance entière en cette personne. Elle tient à rendre à ses amis la gentillesse et l'amour qu'ils lui donnent. Elle est quelqu'un de très humain, plus que n'importe qui d'autre, et j'adorerais avoir une amie comme elle, car je sais qu'elle ne m'abandonnerait jamais. Elle placerait une confiance aveugle en moi et me donnerait toujours une chance de me rattraper. Comme pour Justin. le problème, c'est que les gens sont souvent décevants.Je m'acharne sur Justin le pauvre, mais je trouve qu'il n'a pas fait assez d'efforts pour Rhiannon. A certains moments, il dévoilait sa tristesse, sa rage contre le monde, contre son père, contre l'injustice. A ces moments-là, j'ai éprouvé de la pitié pour lui car cette noirceur qui le rongeait semblait l'étouffer, le rendre fou. Mais la plupart du temps, il se montrait juste désagréable, d'humeur changeante, et je trouvais cela cruel de faire souffrir Rhiannon et de ne rien lui offrir d'autre que du sexe pour la combler un tant soit peu. La relation entre Rhiannon et Justin est très compliqué au fond. Ils ont partagé des moments vrais, authentiques, mais leur routine se résume à se voir au lycée et à coucher ensemble. Je ne sais pas vous, mais de résumer l'amour à ça, c'est si bête. Certes, on réalise petit à petit que Justin n'est pas véritablement celui que l'on croit, il n'est pas si méchant, simplement, il a bien du mal à exprimer ses sentiments. Il reste quelqu'un d'intègre et je l'ai mal jugé, je l'admets. Mais bon, il n'en reste pas moins que sa relation avec Rhiannon est mauvaise je trouve. Vous vous en doutez, la relation d'A avec Rhiannon est totalement différente. En une journée, A tombe irrésistiblement amoureux de Rhiannon. On pourrait dire que c'est le cliché du coup de foudre, mais pourtant non. Quand A occupe un corps pour la journée, il peut voir la personnalité de la personne, ses souvenirs, afin de le remplacer convenablement, sans que personne ne le remarque, durant vingt-heures. du coup, il a su voir qui était Rhiannon à travers Justin. Il a su voir qu'elle était une jeune fille qui méritait d'être aimée entièrement, et ce chaque jour et pas seulement une seule journée. J'ai adoré de suite le personnage d'A, car il est un être tout simplement beau. J'ai eu du mal à réaliser que chaque jour, il vivait le jour d'une autre personne, qu'il n'avait pas de corps à lui, pas de chez-soi, pas de famille, pas d'amis qui seraient les siens. La particularité d'A (et quelle particularité !) peut être vue comme une chance et une malédiction. Chance car A ne sera jamais jugé sur son apparence à lui, ne sera jamais complexé de son corps (étant donné qu'il n'en a pas), ... Mais très vite, on se rend compte que cette "chance" est très limité. Car A est un être humain comme un autre, il éprouve des sentiments, et il a besoin d'une identité à lui, d'être reconnu et aimé pour ce qu'il est. Il se sent seul, pour lui, chaque jour est le dernier. Dernier au sein d'une famille, avant de la quitter, pareil pour les amis, la maison, la ville, etc ... A est complètement déraciné. Sa vie ne lui appartient pas, il se balade de corps en corps sans l'avoir décidé. A travers son cas qui semble totalement ahurissant, l'auteur nous parle de thèmes et de choses bien connus de notre vie quotidienne : le mal-être vis-à-vis de son corps, les jours où on souhaiterait être quelqu'un d'autre, pour savoir comment ça fait, et surtout car on en a marre d'être nous ; on est las, on se déteste, on se trouve répugnant, on est jugés par les autres, on ne trouve pas notre place, on en a gros sur la patate quoi ! Des fois, même au sein de notre propre famille et/ou groupe d'amis, on se sent étranger. On a tout déjà éprouvés cette sensation. Eh bien, A vit ça chaque jour de sa vie. Car, chaque jour qui passe, quelqu'un à travers le monde se sent ainsi. Rejeté. Méprisé. Mal-aimé. Dégoûté de la vie. Face à tous les cas qu'il rencontre, de la bimbo au geek en passant par l'ado mal dans sa peau, c'est comme si A éprouvait toute l'humanité, ses forces et sa souffrance, tout au long de son existence. Grâce à ce personnage, désigné par la lettre du A, du carpe diem si je puis dire, qui n'est ni féminin ni masculin, on se rappelle d'autant plus que notre société a des normes, des normes bien stupides et dégradantes concernant le sexe, les apparences, les classes sociales, les handicaps. On se permet de juger qui est dans la norme ou non. Mais au fond, qu'est-ce que la normalité ? Est-ce qu'on peut priver A de son humanité juste parce-qu'il n'a pas de corps (je vous l'avoue, c'est pas une mince affaire cette histoire), alors que, s'il y a bien quelqu'un en ce bas monde qui en est le plus proche, c'est lui ? Peut-on se permettre d'avoir des préjugés juste parce-qu'une personne est différente et nous déplaît ? Si j'ai bien retenu une chose de ce roman, c'est que l'humanité est loin d'être parfaite. Oui, nous, les êtres humains, nous sommes compliqués dans notre manière d'exprimer nos émotions, nous faisons et disons souvent ce qui est contraire à ce que nous voulons véritablement, car nous avons honte et que ce ne serait pas "bien vu". Cependant, nous sommes des êtres de chair et d'os, et nous devons réaliser la chance que nous avons d'avoir une identité, d'être ici, sur Terre, d'avoir un corps, un sentiment d'appartenance à une famille, à un endroit dont on peut avoir la nostalgie, car c'est chez-nous. La vie est dure, elle nous blesse souvent, mais on n'en a qu'une. On ne peut pas se permettre de la gâcher, alors il faut que nous nous aimons, et qu'on soit sincères, en toute circonstance, pour être entièrement heureux de nos êtres.Voilà ce que l'histoire de Rhiannon et d'A m'a appris. Ca m'a un peu rappelé John Green (ami de Levithan d'ailleurs, avec qui il a écrit le génialissime Will&Will) : les sentiments demandent à être ressentis .. Bon, dans le cas de Green, c'était Pain demands on being felt dans Nos étoiles contraires, mais bon, je réinvente à ma sauce ! Quand vous aimez quelqu'un, aimez-le vraiment, pour ce qu'il est, pour ce qu'il vous fait ressentir, pas pour son "emballage" (je reprends le mot du roman !) ou pour l'idée que vous vous faites de cette personne. Je me suis totalement fait piégée au début car je m'imaginais A en garçon tout à fait à l'image de mon idéal masculin. Et, comme Rhiannon, lorsqu'A prenait le corps d'une fille, j'étais horriblement gênée, car je ne suis pas lesbienne. Pareil lorsqu'il avait le corps d'un garçon massif, ou disgracieux. Je me suis sentie horrible, parce-que je me permettais de juger ces personnes sur leurs apparences, alors que je ne les connaissais même pas quand on y pense ! Car, durant tout ce temps, c'est A qui était là. Et A restait constant, le (la ?) même. Ce même personnage/âme magnifique, qui éprouve tous ses sentiments intensément, qui n'a pas peur de leur faire face et d'affronter les difficultés de la vie - notamment d'être en couple avec une personne ... eh bien qui ne change pas de corps chaque jour. Mais quand A aime, il n'abandonne jamais et il serait prêt à tout pour Rhiannon. Il m'a subjuguée, car il a toujours su se montrer doux, aimant, patient, mettant sans cesse les sentiments de Rhiannon avant les siens, faisant toujours preuve d'une grande compréhension, d'un grand courage et d'un respect de l'autre impressionnant. A traite chaque corps qu'il possède un jour, chaque vie qu'il a entre les mains, comme la prunelle de ses yeux. Il s'efface derrière ses corps car il a leur vie entre ses mains, ne serait-ce qu'un jour, et il se refuse à gâcher un seul jour, car pour lui rien n'est insignifiant. A est généreux, désintéressé et je dirais qu'il a réussi sa vie beaucoup mieux que pas mal d'humains sur cette planète car chaque jour compte à ses yeux, il essaye de rendre chaque personne heureuse, même si elle ne s'en souviendra pas par la suite, mais afin que cette personne ait le déclic de rendre sa vie plus lumineuse et d'agir. Il n'y a aucun égoïsme de sa part, bien au contraire. A ne veut détruire personne, il a son fléau mais il le porte tout seul, sans jamais déranger personne. Qui qu'il soit, il ou elle, A est un personnage que j'aime profondément. Il est à la fois comme nous, avec ses faiblesses, ses défauts, ses qualités, mais il a dépassé un stade : le stade des apparences et des faux-semblants. En y repensant, je me dis que l'amour immense qu'A éprouve pour Rhiannon a illuminé cette dernière, et l'a rendue meilleure. C'est grâce à l'honnêteté désarmante d'A que Rhiannon a pu se rendre compte que le véritable amour était trouvable n'importe où et qu'elle vivait une vie de mensonges et de dépit. A a su faire ressortir le meilleur de Rhiannon et lui prouver qu'elle était une fille magnifique, alors qu'elle n'y croyait absolument pas. En cela l'amour qu'A ressent pour Rhiannon est ... indescriptible. Je vous souhaite à tous de le trouver un jour.Je conclus donc sur le fait que ce Service Presse m'a charmée du début jusqu'à la fin. J'ai dévoré ce roman, et à mes yeux, cette réécriture est une réussite, et me donne juste une immense envie d'acheter A comme Aujourd'hui ! Il me tarde de découvrir le point de vue d'A maintenant que j'ai su l'appréhender et le connaître comme étant un personnage exceptionnel. Je pense que je saurais m'adapter à voir à travers ses yeux sans être complètement sens dessus dessous ! Je ne suis pas du tout déçue de ce nouveau roman de David Levithan, qui est un écrivain que je découvre petit à petit et que j'aime de plus en plus ! A lire également de sa plume, en plus de Will&Will : Dans tes bras (ou l'histoire du génialissime - lui aussi - Tiny Cooper ! C'était le conseil lecture du jour !). Je vous conseille vivement de foncer sur ce livre (ou sur A comme Aujourd'hui, que j'imagine aussi génial !), c'est une belle leçon d'humanité et d'amour ! Et j'attends la suite (car oui, il y en aura une ou sinon je meurs) avec une extrême impatience ! COUP DE FOUDRE ϟ Lien : https://lunartic.skyrock.com..

au jour d'aujourd'hui — Wiktionnaire

Au jour d'aujourd'hui . Le 1 décembre 2011. Emplois fautifs. Cette formule jouant sur la redondance a une résonance familière et plaisante. Pour parler de la journée présente ou de celle que l'on évoque, on préfèrera dire Aujourd'hui ou Ce jour.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Au jour d'aujourd'hui, mes amis disent que suis toujours aussi moche mais je ne sors qu'avec des canons. - Au jour d'aujourd'hui, on ne peut plus pardonner les hommes qui volent des chèvres. La place de ces hommes est en prison. - Il y a six mois, je ne mettais pas de slip. . Dire "au jour d'aujourd'hui" revient à dire : "au jour du jour de ce jour" ! Mais ne vous y méprenez pas, la formule n'est pas le fait d'une nouvelle génération ne sachant plus s

Aujourd'hui (au jour d'aujourd'hui) - Langue-fr.net

Au jour d'aujourd'hui, Antequera présente un savant mélange de modernité et d'histoire qui se reflète dans son architecture et dans la mentalité de ses habitants. gaitanes.es Nowadays A nt equera presents itself t o the v isitor as a modern city, in which the past history and modernity and progress blend together in one single image and. Aujourd'hui. — Sachez donc qu'au jour d'aujourd'hui on ne remue de fonds que dans l'industrie — (George Sand, Le Meunier d'Angibault‎, 1847) — Tâche à présent, si qu'tu écris des articles sur ici, d'pas oublier d'marquer dans ton canard qu'un bal au jour d'aujourd'hui n'est plus miteux comme autrefois.. Hui vient de hodie(=aujourd'hui) avec les déformations successives dans le bas-latin puis en roman. Le sens originel s'étant perdu, on est passé au jour d'hui » (« au jour de maintenant »), ce qui est déjà une répétition. Elle est d'ailleurs doublée, en Limousin par exemple, dans lesquelles il est fréquent d'entendre au . au jour d'aujourd'hui - traduction français-anglais. Forums pour discuter de au jour d'aujourd'hui, voir ses formes composées, des exemples et poser vos questions. Gratuit.

«Au jour d'aujourd'hui»: ne faites plus la faute

S'il fallait l'illustrer, on dirait sûrement qu'elle est un peu comme la «cinquième roue du carrosse» dans nos conversations. Toujours en trop. La formule «au jour d'aujourd'hui» est en. Au jour d'aujourd'hui, il est grand temps pour moi de vous présenter mes meilleurs vœux pour cette année 2017.Je vous souhaite également de ne plus jamais prononcer ou entendre cette. Un mot « aujourd'hui » bien connu « Aujourd'hui » est un mot que nous employons souvent, mais dont nous ne connaissons peut-être pas toujours l'étymologie. Formé de quatre termes - « au », « jour », « d' » et « hui » -, il est plus étonnant qu'il n'en a l'air.