Discours De La Méthode Descartes

Discours De La Méthode Descartes


image

Une fois de plus, le système scolaire français aura fait bien du mal à des générations de jeunes esprits en mettant à leur portée une philosophie caricaturée. Parce que préparant un bac scientifique, donc formaté à l'application des principes d'expérimentation et de démonstration mathématique, forcément, je devais étudier Descartes, tandis que les petits camarades trop brouillons pour mériter l'accès à l'excellence devaient se contenter des lubies fumeuses de Sartre ou du docteur Freud.Deux choses m'ont sans doute sauvé, après cette aride première rencontre de la philosophie : d'une part, je lisais, chacun à deux extrémités du "système" cartésien, Pascal et Montaigne en parallèle la maison, comme j'ai lu Platon en meme temps qu'Aristote, et Camus en même temps que Sartre... pour un jeune esprit surtout, il est bon de confronter, d'opposer les maîtres à penser, afin qu'un esprit souple se forge peu à peu sa propre voie. D'autre part, je me révélai vite incapable de suivre la voie scientifique, comme celle, quelques années auparavant, du catéchisme, sans ces questionnements perpétuels, qui m'amènent aujourd'hui à passer plus de temps à butiner sur babelio plutôt qu'à devenir une bête de concours.Quel rapport entre ce témoignage personnel et le Discours de la Méthode de Descartes ? Simplement ce grave quiproquo initial sur le cartésianisme, assimilé, sous l'influence du positivisme du XIXème siècle , à un rationalisme absolu, ce qu'il n'est pas.On ne peut s'en tenir, comme le propose l'édition en Livre de Poche dont je dispose, à balancer les 90 pages du Discours avec la brillante et longue préface de Jean François Revel intitulée "Descartes inutile et incertain". Ce dernier, adepte d'un rationalisme critique rejetant tout système global d'interprétation philosophique ne pouvait qu'approuver la pratique du doute et le recours à l'expérience de la méthode de Descartes, bien qu'elles ne soient finalement qu'une application des principes scientifiques nés durant la révolution copernicienne et galiléenne de son temps. Il ne pouvait manquer pour autant de critiquer vertement -comme tant d'autres modernes- l'erreur fondamentale de Descartes qui, prétendant faire table rase de toutes les réflexions du passé, établit un lien "naturel" entre sa pensée métaphysique et sa doctrine rationaliste sur la seule évidence de sa perception personnelle, de sa foi pourrait-on dire. Nul, mieux que Kant, il me semble, n'a su aussi bien démontrer depuis la vanité de cette démarche, même si on peut alors regretter avec Jean François Revel, que du coup certains penseurs aient depuis développé une philosophie comme système d'interprétation à part entière trop déconnecté de l'observation scientifique du réel. Heureusement, la connaissance scientifique a évolué depuis, et commence à intégrer dans son propre système de valeurs la morale et l'éthique, certaines pratiques hétérodoxes issues de religions millénaires, la sensibilité animale, la relativité des choses et de la toute-puissance de l'homme... Oui, décidément il est bon de lire le Discours de la Méthode, mais pour s'en détacher aussitôt. Ce qu'on peut en conserver en termes de regard critique est bien plus grand et ouvert chez Montaigne ; la rigueur du raisonnement est bien plus grande chez Kant. Et un peu d'humilité portera chacun, littéraire ou scientifique non totalement sclérosé par l'enfermement du spécialisme contemporain et par un système scolaire réduisant la culture générale à un cadavre décharné, à poursuivre la quête infinie de question en question, sur la voie du progrès personnel et collectif, plutôt que de s'en tenir à la réponse en quatre mots du "cogito ergo sum". Je partage cependant certains avis positifs sur l'intérêt des principes de raisonnement et de conduite personnel qu'il pose, assez simplistes, mais efficaces.

Discours de la méthode, Descartes | Résumé détaillé | 1000

1637: C'est la date de la publication du Discours de la Méthode, de Descartes - véritable déclaration des droits et des pouvoirs de la Raison sur un monde qu'elle domine et organise. Toute la pensée moderne est née de cet ouvrage, dont la langue, brève, dense, mais toujours claire, n'a pas vieilli.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Descartes rédige le Discours de la méthode en français plutôt qu'en latin, qui était alors la langue de la philosophie, marquant ainsi sa volonté de toucher un large public et de s'éloigner de la philosophie enseignée jusque là. C'est une nouvelle méthode de pensée qu'il propose, grâce à laquelle on pourra raisonner de manière juste en évitant les erreurs. . La devise de Descartes était « larvatus prodeo » : « Je m'avance masqué ». En 1637, il décide comme il l'écrit dans sa correspondance, « de sonder le gué » en publiant trois essais scientifiques : La Dioptrique; Les Météores; La Géométrie, précédés d'un Discours de la méthode.

Explications du Discours de la Méthode - Descartes

In French literature: The development of drama. Discours de la méthode (1637; Discourse on Method), with its opening sentence, "Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée…" ("Good sense is of all things in the world the most equally distributed…"), clearly assumes that the mental processes of all men, if properly conducted, will lead…. Le Discours de la méthode est à la fois un témoignage et une promesse.. Descartes y raconte comment il a trouvé « la vraie méthode pour parvenir à la connaissance de toutes les choses dont (mon) esprit serait capable », et il s'engage à en faire bon usage pour cultiver sa raison et progresser dans la vérité. Premier texte publié du philosophe, le discours, dont le titre complet. René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie. En sorte que ce moi, c'est-à-dire l'âme par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps. René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie. Explications : Pour exister, l'âme ne dépend aucunement de ce qui est matériel. . DESCARTES, Discours de la méthode, 4eme partie Résumé de la 4ème partie : Le contexte : Dans la 3ème partie, Descartes a exposé sa « morale par provision », autrement les 4 règles à respecter pour bien agir et être heureux en attendant de dégager des principes moraux rationnels.

Discours de la méthode — Wikipédia

Le Discours de la méthode (sous-titré Pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences) est un texte philosophique publié anonymement par René Descartes à Leyde le 8 juin 1637.Dans les premières éditions, ce discours servait d'introduction à trois traités scientifiques mettant en application cette méthode : La Dioptrique, Les Météores et La Géométrie.. *** Questionnaire sur le Discours de la méthode de Descartes . 1636 Rédige le Discours de la Méthode publié en 1 637. 1641 Publication des Méditations Métaphysiques. 1644 Les "principes de la Philosophie". 1649 "Les Passions de l'Ame". Introduction : Le Discours de la méthode est une recherche de la vérité dans les sciences = thème.. Commentaire corrigé du texte : Descartes, Discours de la méthode : préceptes de la logique, proposé par noemia (élève). Sa description : Commentaire d'un élève de terminale qui reprend les 4 points adoptés par Descartes pour arriver à la vérité : 1) N'admettre comme vrai que ce qui est évident, c'est-à-dire ce qui est clair et distinct, autrement dit indubitable.