Ghost In The Shell Critique

Ghost In The Shell Critique


image

Comme beaucoup, fan de la série, bien que je n'ai toujours pas compris le dernier et troisième tome (Je crois savoir qu'il y en aurait un quatrième mais je n'en suis pas sûr et il n'est pas encore en version numérique) et ayant appris l'existence de ce livre via un message de mon ami « Babelionien », Alfaric, qui en plus m'a confié que Boichi y avait collaboré, j'ai enfin pu me procurer cet ouvrage en version papier. Je n'ai pas trop l'habitude de lire les mangas en version papier, leur préférant la version numérique. J'y ai pris goût et sur mon iPad Pro, il faut dire que c'est souvent bluffant. Je découvre un livre souple, d'un format plus grand que les mangas standards. Une belle jaquette couleur, et un mini poster de la couverture, illustré par Akira Hiramoto, que je suis avec sa série un peu débile et sexy « Prison School ». On y retrouve les personnages principaux de la série, le Major Motoko Kusanagi, Batou, le chef de la section 9, Daisuke Aramaki et d'autre. L'univers du célèbre mangaka, Masamune Shirow, a marqué les générations suivantes de créateurs de mangas.« A Day In The Live » Yu Kinutani :Une troupe de soldats et de mercenaires se retrouve encerclée par des terroristes alors qu'elle a pour mission d'abattre leur chef. Les soldats veulent se replier mais les militaires veulent continuer la mission pour percevoir leur salaire. Un tireur d'élite veut avancer, il est connecté à la célèbre major Motoko Kusanagi… J'ai trouvé la revisite assez libre d'interprétation mais avec un graphisme qui accroche et un scénario efficace.« Ghost In The Shell – Influential Person In Shadow – L'Emminence Grise » BoichiUn cyborg transgenre est devenu la maîtresse du premier ministre. Elle en profite pour lui voler des informations essentielles. Sa seule faiblesse, elle baisse ses défenses pendant l'orgasme. le major va donc s'y coller, pour faire monter le plaisir de cet ennemi de l'état et pouvoir récupérer les informations et dézinguer l'espion(ne). Boichi se lâche. Il n'hésite pas, lui qui dessine si bien les femmes, à hyper érotiser l'héroïne principale, la transformant en « sexedroïde ». S'il reste dans l'univers futuriste original, il sort des clous. le scénario est léger, par contre, le dessin approche de la perfection. Bon, c'est Boichi, je lui pardonne tout alors, je kiffe. « La Ville Close » Tomoroni InoueUne ville survivante d'une grave épidémie, une ville de misère, peuplée d'humains qui refusent toute forme de cybernétisation ou de prothétisation. le major de la section 9 et Batou enquêtent sur un meurtre qui ne peut être le fait d'un cent pour cent humain… le scénario est solide mais les dessins, volontairement vintages ( ?) allez savoir font de cette courte histoire un mélange pas trop décollé de l'original, un peu mit dans un shaker avec une pointe de Gummn. « Meeting Again » Masayuki YamamotoBa tou travaille à son compte comme chasseur de prix. Il est un peu rouillé, son cyborg associé aussi. Il cherche l'argent vite gagné pour se payer ses réparations (alors que s'il était resté en service, il les aurait gratuites). le fantôme du chef invite l'ancienne équipe à un pic-nique. C'est sans doute le plus gros flop de cet ouvrage, à oublier si ce n'est à éviter !« Major Laglande » Yu ImaiMajor Laglande serait la fille du chef Daisuke Aramaki et la soeur de Batou. Elle glande toute la journée et fugue dès qu'on l'oblige à aller travailler… Un bon graphisme, plus contemporain mais un scénario qui ne reflète absolument pas la mythique série, limite ridicule.« Classique » Nokuto KoikeBatou est mélancolique. Il cherche un son et un air qu'il a connu pendant une mission dans les pays d'Europe central. Il dépense sans compter pour faire recréer un appareil ancien, avec des lampes, d'avant l'invention du transistor. Et quand il retrouve l'air, il est déçu. La musique classique en question est un merveilleux morceau du compositeur Tchèque Bedřich Smetana, La Moldau, qui est le nom allemand de la Vltava, le fleuve qui traverse Prague et coule sous le pont Saint-Charles. Morceau que j'ai eu le bonheur de découvrir lors d'un voyage dans cette merveilleuse ville…. J'ai apprécié le trait, assez classique et aussi le scénario, l'histoire d'un militaire qui cherche peut-être la rédemption dans un morceau de musique ?« La Prison du Plaisir » Nobuaki TadanoUn agent de la section 9 doit protéger un témoin. Un vrai sale type, médecin, qui dealait une drogue si puissante qu'elle transforme irréversiblement ses patients en junkies. Même la propre femme du médecin, juste parce qu'elle voulait le quitter, a été droguée à son insu par cet abominable homme. Que faire, entre devoir de protéger une ordure, vouloir l'assassiner sois-même ou le laisser aux mains de ses victimes… Un bon graphisme, un scénario très fort, qui touche à la valeur du devoir, de la justice. Peut-être le meilleur chapitre de ce livre ?« Hopeful Monster » Takumi OyamaTogusa semble être le seul cent pour cent humain dans la section neuf. Après chaque mission, il se retrouve en convalescence pendant que ses collègues vont se faire réparer en quelques heures. Ses collègues le surnomme le boulet. Mais un jour, lors d'une interpellation, une bombe capable de détruire l'électronique des corps de cyborgs est lancée et l'humain reste celui qui est épargné et opérationnel. de boulet, va-t-il devenir héros ?... Encore un bon scénario et un graphisme, quoique classique, à la hauteur. C'est sans doute la meilleure deuxième histoire de ce livre.« le « Ghost In The Shell » de Tony Takezaki » Tony TakezakiUne courte histoire à sketch. Ca part dans tous les sens et l'auteur fait du hachis et du gâchis avec le noble Ghost In The Shell. de plus, le graphisme s'apparente à un très mauvais pastiche de l'original. Malheureusement, c'est ce mangaka qui occupe le plus de place dans cet ouvrage et qui le clôture aussi, risquant de nuire à l'ensemble de l'oeuvre. Je suis persuader que ce ne serait pas un crime d'achever le livre en évitant ce dernier chapitre.Évidemment, c'est un travail collectif, avec de libres interprétations inspirées de l'original. Mais si, forcément, ce n'est pas égal, comme dans tous les livres collectifs, il y a tout de même du bon dans cet ouvrage. Je ne regrette pas mon achat même si à certains moment, j'en ai douté. Bon, je vais quand même vérifier si il existe bien un tome quatre de cette série, genre avec un titre « Manmachine Interface ». Je pense en avoir vu un tome édité en deux mille trois mais à vendre pour la modique somme de… 26,61 euros et d'occasion.Pour une fois, lu en version papier avec une édition grand format magnifique.

Ghost in the Shell Review - Wikiany

A look at the cover of Ghost In The Shell: 25th Anniversary Edition, courtesy of Lionsgate.. First and foremost, let's discuss the film. This is the complete original film, uncensored and in[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Ghost in the Shell 4K Blu-ray Review Ghost in the Shell has had an enduring effect on the sci-fi landscape, and remains a perfect example of a thoughtful, cerebral, philosophical narrative supplanting a conspiratorial future thriller story, and married to some fantastic visuals, a haunting score, and blistering action setpieces. . "Ghost in the Shell'' is intended as a breakthrough film, aimed at theatrical release instead of a life on tape, disc and campus film societies. The ghost of anime can be seen here trying to dive into the shell of the movie mainstream. But this particular film is too complex and murky to reach a large audience, I suspect; it's not until the

Ghost in the Shell SAC_2045 (Netflix) review - brilliant

"Ghost in the Shell" is a continuation of the roles she's excelled at playing in "Under the Skin," "Her," and various turns as super-spy Black Widow in Marvel's Cinematic Universe. It marries her impressive physicality as an action star, emotional vulnerability, and steely determinism.. Ghost in the Shell Review. By. Admin - 19 August, 2020. Ghost in the Shell struggles to dig below the surface of its thought-provoking concepts and bring real depth to its striking visuals.. Netflix anime series Ghost in the Shell SAC_2045 season 1 was released on Netflix on April 23, 2020 — this review contains no spoilers. After Scarlett Johansson's Ghost in the Shell muddied the source material somewhat, angering the world with Rupert Sanders' whitewashing techniques, you'd think we'd learn to honour the concept . Ghost in the Shell, on the other hand, is a rare breed of tech-minded blockbuster that radically engages with the conditions of the zeitgeist, while also working as a pastiche of notable science-fiction films from the last 35 years, including Mamoru Oshii's 1995 anime of the same name. If these two components are never quite synthesized into

Ghost In The Shell Review - GameSpot

Altogether, these factors combine to make Ghost in the Shell a fairly fresh title, with its mix of traditional shooting elements, mission-based objectives, railed shooters, and arcade action.. Japanese and American cinema has a long history of cross-pollination, going all the way back to the works of Akira Kurosawa and John Ford. This history is particularly interwoven when it comes to the science fiction genre and Japanese animation. Iconic anime like Akira (1988), Cowboy Bebop (1998), and Ghost in the Shell (1995) were all inspired to one degree or another by the writings of. Ghost in the Shell is a Japanese cyberpunk media franchise based on the seinen manga series of the same name written and illustrated by Masamune Shirow.The manga, first serialized in 1989 under the subtitle of The Ghost in the Shell, and later published as its own tankōbon volumes by Kodansha, told the story of the fictional counter-cyberterrorist organization Public Security Section 9, led