L'affaire Dreyfus (film, 1958)

L'affaire Dreyfus (film, 1958)


image

Un excellent livre. Quoi dire d'autre sur l'affaire Dreyfus que nous ne sachions déjà ? Jean Denis Bredin avait , dans les années 1980 , commit un ouvrage synthétique qui fait toujours référence : " L'Affaire" , précisément. Robert Harris n'est pas historien. Il aborde l'affaire Dreyfus en romancier, et le héro qu'il s'est choisi pour nous faire découvrir la vérité au fil des chapitres de "D" n'est autre que le colonel Georges Picquart chef du Service de statistiques , autrement dit le 2e bureau de l'Etat-Major . Personnage clé dans le dévoilement de la vérité , son obstination a eu raison des manigances de l'armée qui avait trouvé dans le capitaine Dreyfus , juif alsacien , le coupable idéal, le bouc émissaire parfait, dont la condamnation exemplaire pour espionnage au service de l'Allemagne, au bagne à perpétuité, était censée montrer que la nation française pouvait avoir confiance en son armée pour débusquer les traîtres ! scrongneugneu !On sait ce qu'il advint de tout cela : la découverte de faux documents , les mensonges par omission, le "suicide" du Commandant Henry , le " J'accuse" de Zola, le second procès à Rennes, la Grâce présidentielle, puis enfin la réhabilitation de Dreyfus et sa réintégration dans l'armée au grade de colonel.Robert Harris trace de Georges Picquart un portrait tout en nuances qui fait la part belle à ses doutes et à ses hésitations quant à la recherche de la vérité. L'homme était partagé entre sa conscience morale qui lui faisait entrevoir l'innocence de Dreyfus , et son appartenance viscérale à un corps qui incarnait , à l'époque , le patriotisme le plus intransigeant . C'est tout à son honneur d'avoir placé la notion de justice plus haut que celle d'obéissance. Il le paya cher : prison et expulsion de l'armée. Son courage fut d'autant plus remarquable que lui-même n'aimait pas beaucoup les juifs. Certes , ce n'était pas le seul à l'époque ; l'antisémitisme y était bien porté, aussi bien à droite qu'à gauche , n'oublions pas ce que Jaures répondit au sénateur Scheurer-Kestner, lorsque celui ci lui proposa d'intercéder en faveur de Dreyfus :" oh, c'est une histoire de juifs, qu'ils se débrouillent entre-eux...." . L'Affaire , comme la Commune de Paris, le 6 février 1934 , Vichy, la guerre d'Algérie , est souvent présentée par les historiens comme un évènement clivant séparant la France en deux clans. Il y aurait le clan du bien , les Deyfusards , un peu vite assimilés au camp du progrès , et puis évidemment le clan du mal : les anti-dreyfusards, synonymes de réactionnaires invétérés ; presque des fascistes avant le mot. La réalité est plus complexe. Qu'aurait fait , s'il avait vécu jusqu'en juin 1940 , le futur général et Ministre de la Guerre de Clémenceau, Georges Picquart ? aurait-il voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain ? Nous n'en saurons rien bien évidemment puisqu'il est décédé d'une banale chute de cheval en 1914 , mais l'on sait maintenant grâce aux travaux de l'historien franco-israélien Simon Epstein , que les destins des antidreyfusards dans la première moitié du 20e siècle , ne sont pas de longs fleuves tranquilles. Dans " le paradoxe français" , il répertorie et retrace le parcours de dizaines d'anciens dreyfusards , ou adhérents à la LICA , tous philosémites au sortir de l'Affaire, qui se sont retrouvés dans les cabinets ministériels de Vichy. A l'inverse , Epstein note le grand nombre de personnages d'extrême droite , ou qui furent des partisans actifs de mouvements d'extrême droite, dans les mouvements de résistance (hors les Communistes ). J'arrête là , car je sens que je m'éloigne un peu du bouquin de Harris.... et puis je sais bien ce que quelques lecteurs vont déduire de mes apartés :-)Alors concluons sérieusement et dignement : si l'histoire de cette époque vous intéresse, si vous avez déjà lu un Robert Harris et avez apprécié sa prose, si malgré tout les bouquins d'histoire vous gavent mais qu'une histoire "vraie" romancée peut vous séduire , alors lisez "D" !

L'affaire Dreyfus (1958), synopsis, casting, diffusions tv

L'Affaire Dreyfus (film, 1958) Sauter à la navigation Sauter à la recherche L'Affaire Dreyfus (I Accuse!) est un film de José Ferrer, réalisé en 1957 et sorti en 1958. Synopsis. Accusé à tort d'espionnage, le capitaine Alfred Dreyfus fut dégradé et condamné à la déportation à vie. Fiche[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. L'affaire Dreyfus, un film de José Ferrer avec José Ferrer, Anton Walbrook, Emlyn Williams, Leo Genn, David Farrar, Donald Wolfit, Herbert Lom . L'Affaire Dreyfus (I accuse!) de José Ferrer (1957) Ce film réalisé par le cinéaste portoricain José Ferrer, qui prend d'ailleurs les traits du capitaine accusé à tort, relate l

L'Affaire Dreyfus, un film de 1958 - Vodkaster

L'Affaire Dreyfus est un film réalisé par José Ferrer avec José Ferrer, Anton Walbrook. Synopsis : L'Affaire Dreyfus portée sur grand écran par José Ferrer.. L'affaire Dreyfus... En 1894, le capitaine Alfred Dreyfus est accusé de haute trahison. Grande-Bretagne - 1958 Publicité Films du même genre à la tv. Lire le résumé. L'Affaire Dreyfus, un film de José Ferrer de 1958. En 1894, le capitaine Alfred Dreyfus est accusé de haute trahison. Cet officier aurait livré à l'Allemagne des documents stratégiques de la plus haute importance. Reconnu coupable à l'issue d'un procè... . Reportage de l' Affaire Dreyfus Durée : 3h16min TV : Arte Année : 1994

I Accuse! - Wikipedia

I Accuse! is a British-American 1958 CinemaScope biographical drama film directed by and starring José Ferrer.The film is based on the true story of the Dreyfus Case, in which a Jewish captain in the French Army was falsely accused of treason.. L'Affaire Dreyfus - film del 1899; L'affare Dreyfus - film del 1958; L'affare Dreyfus - miniserie televisiva del 1968; Prigionieri dell'onore - film del 1991; L'ufficiale e la spia - film del 2019; Note Bibliografia. Amilcare Locatelli, L'Affare Dreyfus (La più grande infamia del secolo scorso). L'AFFARE DREYFUS è un film di genere drammatico, storico del 1957, diretto da José Ferrer, con José Ferrer e David Farrar. Durata 98 minuti. Distribuito da MGM.