Madame Bovary Fiche De Lecture

Madame Bovary Fiche De Lecture


image

Madame Bovary est véritablement une lecture exigeante. Non pas qu'il s'agisse d'un roman difficile à lire, bien au contraire : la langue de Flaubert coule comme un joli petit torrent de montagne, limpide, alerte et froid. C'est d'ailleurs cette apparente accessibilité qui rend Madame Bovary si exigeant selon moi. On croit à un roman d'amour, on le savoure comme une histoire telle qu'on en a déjà dévoré des tas…Mais, à l'image de son auteur, où, sous des airs bonhomme, ventripotent et vaguement endormi se cache en réalité un critique acerbe, fin et redoutablement caustique ; si l'on prend la peine de réfléchir à l'essence même de ce livre, on s'aperçoit vite qu'il n'a rien d'un roman au sens divertissant du terme : c'est un brûlot, c'est un colis piégé dont on entend le tic-tac et dont on se demande quand il va vous exploser au visage.Car Madame Bovary a eu un procès. On ne fait pas le procès d'une oeuvre innocente. Si l'on entreprend un procès pour un livre, c'est que les idées qu'il véhicule remettent en cause les fondements de la société dans laquelle il apparaît. Alors, questionnons-nous : en quoi Madame Bovary pouvait menacer l'ordre établi de 1856 ?Première valeur battue en brèche : la maternité. Emma Bovary est une mauvaise mère. Elle subit sa maternité et se fiche de sa progéniture comme d'une guigne. En lisant le roman, on oublie souvent qu'on a affaire à une mère de famille. D'ailleurs, Emma aussi semble l'oublier. Pire encore, qui joue le rôle de mère véritable pour Berthe ? son père, le médecin Charles Bovary. Totalement impensable dans la société machiste de l'époque.Deuxième pilier social rongé par les castors : la vie conjugale. Oui, il lui met une sacrée claque l'ami Gustave à la vie conjugale. Messieurs, mes bons messieurs, vous vous mariez ? vous croyez dormir tranquille sur vos deux oreilles et regarder votre ventre croître ? vous pensez avoir toujours bobonne à la maison pour vous dorloter, vous mettre en valeur, vous préparer la bouffe et le linge et puis un petit extra de temps en temps quand vous avez le bourgeon qui vous titille ? Eh bien c'est raté les cocos ! Emma Bovary vous secoue le prunier et vous fait tomber de votre piédestal : elle ne cuisine pas ni ne fait rien d'utile dans la maison, elle vous trouve incapable, moche, bête et assommant, elle ne vous laisse pas poser vos sales pattes sur elle et elle vous met des cornes grandes comme ça ! Wouah ! la claque pour ces messieurs de 1856 ! Blam !Troisième pilier social fracturé d'un coup d'épaule : l'institution du mariage. C'est nul le mariage nous dit Flaubert, c'est une machine à créer des frustrations, personne n'y trouve son compte. Vous y avez cru, les petites filles ? vous allez voir ! Vous y avez cru, les garçons ? attendez un peu quelques années, on va rire ! Waouh ! Ça aussi, ça fait mal à entendre dans une société encore largement traditionaliste, qui n'a quitté la monarchie absolue que depuis une soixantaine d'années. (Il convient aussi de garder en mémoire qu'à l'époque en France, depuis 1816, le divorce est interdit et qu'il faudra attendre 1884 pour être à nouveau, ne serait-ce qu'autorisé.) Quatrième valeur foulée au pied : la religion. Vous voyez bien, nous dit Gustave Flaubert, c'est de la connerie la religion, ça ne vous aide en rien, c'est tout au plus un cache misère et c'est au mieux un petit business intéressant quand vous en vivez en tant que cureton ou les quelques grades au-dessus. L'auteur s'en donne à coeur joie : il organise un rendez-vous galant dans la sacro-sainte cathédrale de Rouen ; il ridiculise la dévotion passagère d'Emma ; il humilie le curé Bournisien en le ravalant au rang du minable pharmacien Homais ; il fait de la visite de la cathédrale un moment de pur mercantilisme, dans tout ce que le terme a de plus vil et pathétique.Cinquième dogme atomisé : la supériorité de l'élite sociale. Dès le bal chez les de la Vaubyessard, on sent que l'aristocratie est une faribole, passés la livrée et les brillants, on s'y ennuie aussi bien qu'ailleurs et les belles manières ne sont rien qu'un code, un vernis luisant qui craque et tombe en pièce à la première occasion pour laisser voir le bois pourris qu'il est censé dissimuler.L'aristocratie, au sens XVIIIème siècle, périclite à vitesse grand V dans le monde de 1856, aussi vite que s'élève la bourgeoisie de l'argent, toute pareille à la précédente, avec le bon goût en moins. Ce n'est pas un hasard si Flaubert fait devenir son héroïne la maîtresse d'abord d'un châtelain puis d'un bourgeois en devenir : le constat est le même, et, sans que l'affaire fût conclue, en comprend bien que le vicomte sur lequel elle était tombée en pâmoison au bal Vaubyessard lui aurait de toute façon réservé le même sort que ses deux amants ultérieurs.Sixième idée pendue haut et court : le mythe du progrès. Que cela soit au niveau du comice agricole, au niveau médical ou, plus particulièrement par l'entremise du pharmacien Homais, Gustave Flaubert règle son compte à cette utopie, à ce rêve creux. le monde de 1856, embarqué en pleine révolution industrielle, croyait dur comme fer au progrès, un peu comme aujourd'hui, on voudrait nous faire croire que les OGM et les smartphones sont le vivant visage du progrès universel.Septième poncif mis au crochet : l'ascension sociale. Et dans celui-ci, il n'est pas exclu que l'auteur se donne des claques à lui-même. En effet, Emma est une paysanne, dans le fond. Une paysanne qui voudrait se donner des airs de duchesse. Elle est pathétique et risible, elle est comme un papillon attiré par une lampe à incandescence, elle veut tout ce qui brille, elle se sent très supérieure aux villageois qui l'entourent et pourtant, elle est minable. Ses amants sont minables, son mari est minable, son voisin le pharmacien Homais est minable mais tous veulent faire illusion, tous aspirent un peu à la gloire, même si c'est une gloriole de pacotille.Ce que me semble fustiger l'auteur ici, c'est le péché d'orgueil qui consiste à croire, à nous considérer nous-même comme des êtres extraordinaires, qui sont sous-évalués, qui ne sont pas à leur place là où ils sont et qui mériteraient de sauter deux ou trois cases dans l'échelle sociale. Finalement, les seuls qui ne soient pas pathétiques dans ce roman sont ceux qui ne cherchent pas à gravir les échelons. C'est le cas, par exemple, du père d'Emma, qui sait qu'il est et qu'il ne sera jamais autre chose qu'un paysan, même s'il a pu, au cours du temps, acquérir un peu d'aisance financière.On pourrait continuer encore dans ce registre, mais on comprend bien, je pense, que c'est carrément tout le système sur lequel repose le Second Empire que Gustave Flaubert remet en question. On sent aussi poindre quelque chose comme l'évolution nécessaire et indispensable de la condition de la femme à ce stade de développement sociétal qu'atteint le milieu du XIXème siècle dans les sociétés les plus « modernes » de l'époque (Royaume-Uni, France, États-Unis, Allemagne — même si l'Allemagne, stricto sensu, n'existe pas encore, la Prusse & consort sont déjà assimilables à un ensemble quasi homogène).Emma Bovary, c'est en quelque sorte la version fictive d'Annie Ernaux. Une femme qui n'est plus à sa place dans le monde duquel elle est issue et qui ne trouve pas sa place, ni dans le monde qui l'a accueillie, ni dans celui qu'elle convoite en son for intérieur. Elle est toujours en décalage entre ce qu'on attend d'elle ou avec ce qu'elle attend des autres. Son malheur aura peut-être été d'avoir été trop belle, de se faire trop remarquer. Si elle avait été d'un physique ordinaire, elle n'aurait attiré le regard de personne en particulier et n'aurait débusqué qu'un paysan des environs. Elle serait restée à sa place et on n'en aurait pas parlé. Mais cette vie dans l'intervalle, entre deux mondes, d'un point de vue de la hiérarchie sociale et entre deux mondes également, d'un point de vue de l'évolution de l'époque, entre Ancien Régime et Troisième République est un enfer.Ce que je vois dans ce roman, contrairement à ce que j'ai pu lire ou entendre ici ou là, ce n'est pas du tout le portrait d'une femme, mais la peinture d'une catégorie de personnes ; ce n'est pas du tout, selon moi, un roman sur l'ennui mais sur le décalage (social, sociétal, culturel, affectif, etc.). de même, ce que j'en retiens, ce n'est pas le terme devenu fameux de « bovarysme » et qui caractériserait les gens qui passent leur temps à rêver leur vie plutôt qu'à la vivre. Non, ce que j'en retiens, c'est la critique sociale, farouche, implacable, celle qui consiste, rien que dans le titre, à définir une personne uniquement par son lien marital (un thème que reprendra Virginia Woolf dans son roman au titre ô combien similaire, Mrs Dalloway). J'en retiens la critique de la pratique sociale « bien pensante » qui consiste à enfermer une catégorie de personnes (les femmes en l'occurrence) dans un rôle monolithique absolument suffocant, ravalées presque au rang de meuble. Et, par conséquent, j'y vois une véritable invitation pour la société à se réformer. (Ce qui attendait Emma, si elle acceptait de se plier aux exigences sociales, c'était la vie de Mme Homais. Était-ce plus enviable ? était-ce plus vivable ?)En somme, un roman très profond, une manière de double avertissement : pour les femmes, d'abord, qui, si elles ne jurent que par les lumières de la ville et les colifichets qu'un Lheureux voudra toujours leur vendre, seront immanquablement les oies blanches qu'on prendra plaisir à gaver pour mieux leur saisir le foie devenu gras. Ensuite, pour les hommes (qui sont les seuls à l'époque à avoir une véritable profession), l'avertissement que le monde nouveau qui se dessine n'est qu'un leurre, on reste ce qu'on est : Bovary était gauche et médiocre au collège, il sera gauche et médiocre en tant que médecin, il sera gauche et médiocre en qualité de mari. Idem pour Léon.Mais je vois aussi un autre avertissement, plus fort, plus puissant, plus universel dans Madame Bovary, celui-là même que ceux qui l'ont conduit devant les tribunaux ont dû percevoir. Il s'agit de l'avertissement social. le monde change — et change même très vite — si bien que les valeurs ancestrales ne sont plus adaptées dans le monde de 1856 et ceux qui ne voudront pas le voir seront écrasés, roulés, brisés par l'époque exactement comme Charles Bovary qui n'a rien vu venir, qui est peut-être, dans le fond un brave gars, mais qui a une guerre de retard, qui est un fossile du vieil ordre rural et qui n'a pas compris que quelque chose avait fondamentalement changé dans les rapports humains entre 1780 et 1850.Donc, effectivement, si vous lisez Madame Bovary comme un roman de divertissement, vous risquez fort d'être déçus. C'est un roman froid et humide comme la Normandie dans laquelle il a poussé (je me permets cette image parce que je suis Normande, mais venant de quelqu'un qui serait issu d'une autre région, je porterais plainte devant la LICRA pour anti-normandisme climatique caractérisé). Un roman qui n'a rien de spontané, car chaque phrase a été pesée, biseautée, préparée, façonnée, remaniée jusqu'à obtenir une perfection guindée qui n'est pas sans m'évoquer Jean-Auguste-Dominique Ingres en peinture.Mais malgré le côté très artificiel de l'écriture de Flaubert, quel bonheur de lire une langue pareille. On évoque souvent sa maîtrise de la musicalité dans sa prose, chose que je ne remets absolument pas en cause même si je la trouve un peu froide à mon goût. En revanche, je suis particulièrement admirative de son art de la ponctuation. Ça a l'air facile, vu de loin, la ponctuation. Cela passe inaperçu, on a parfois le sentiment qu'on pourrait s'en passer ou que c'est simplement dicté par les règles de l'évidence. Or, il n'en est absolument rien. C'est très technique, très subtil et ce n'est pas souvent qu'on en voit de la si belle.Donc, au risque de vous paraître incurablement débile, si vous ne vous sentiez aucun goût pour les classiques, le XIXème, Flaubert et la Bovary, à titre de curiosité intellectuelle, j'aurais tendance à vous conseiller cette lecture, au moins pour sa ponctuation car j'ai lu, une fois, il y a très longtemps, dans une revue horticole, que c'est à ses bordures que l'on juge de la qualité d'une pelouse. Si l'argument vous paraît faible, songez encore que ceci ne représente que l'avis d'une Normande pas à sa place (encore une, après Annie Ernaux et Emma Bovary, ça commence à faire beaucoup), c'est-à-dire très peu de chose.

Fiche de lecture - « Madame Bovary », de Flaubert

"Madame Bovary de Gustave Flaubert (Fiche de lecture)" lePetitLitteraire.fr (EN) читать бесплатно онлайн можно неограниченное количество раз, здесь есть и философия, и история, и психология, и трагедия, и юмор…[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Téléchargez rapidement une de nos analyses sur Madame Bovary de Flaubert : résumé, fiche de lecture ou commentaires composés de qualité. Accessibles en moins de deux minutes! . Fiche De Lecture Mme Bovary. Madame Bovary est un roman de Gustave Flaubert. Madame Bovary fut publié pour la première fois en 1857. A cette époque, le titre original était Madame Bovary, mœurs de province. Pour l'anecdote, il semble qu'à l'origine, Flaubert avait refusé qu'on illustre la couverture de Madame Bovary avec un

Fiche de lecture madame bovary | lesessais

Téléchargez en quelques clics la fiche de lecture et le résumé de Madame Bovary de Gustave Flaubert, réalisés par un professeur de français.. Fiche de lecture Madame BOVARY de Flaubert Présentation : un roman de Gustave Flaubert (1821-1880), publier à Paris en feuilleton dans la revue du 1er octobre au 15 décembre 1856, et en volume chez Michel Lévy en 1857. ibliographie : • Madame Bovary (1857) • Salammbô (1862) • L'Éducation sentimentale (1869) • La tentation de Saint Antoine (1874) • Trois contes : Un co ors. Fiche de lecture madame bovary. 5-Personnages. Emma Bovary: La protagoniste du roman. Elle s'est mariée avec Charles pour échapper sa vie dans la ferme de son père ou elle habitais après son enseignement aucouvent. Elle est trop sentimentale, déprimée, et passioniste et s'est toujours ennuie. Elle a une fille, Berthe, mais elle n . Anti-copie - Résumé et fiche de lecture - Madame Bovary - Gustave Flaubert Flaubert commence le roman en 1851 et y travaille pendant 5 ans, jusqu'en 1856. À partir d'octobre 1856, le texte est publié dans La revue de Paris sous la forme de feuilletons jusqu'au 15 décembre….

Fiche De Lecture Madame Bovary - 1045 Mots | Etudier

Fiche de lecture: Madame Bovary J'ai porté mon choix sur Madame Bovary pour cette lecture, édité pour la première fois en librairie en 1857. J'ai utilisé l'Edition Pocket de 2006 pour réaliser ma fiche de lecture. L'auteur, Gustave Flaubert, est né à Rouen en 1821 et décède près de cette même ville en 1880.. Fiche de lecture de 3 pages en littérature : Flaubert, Madame Bovary : fiche de lecture. Ce document a été mis à jour le 26/04/2015. Biographie de Gustave Flaubert Texte intégral de Madame Bovary (html) Lecture audio de Madame Bovary Voici les différentes fiches de révision sur Madame Bovary : - Incipit - Le Bal de la Vaubyessard Première partie, chapitre VIII - Le dialogue d'Emma et de Rodolphe Deuxième partie, chapitre XII - Deuxième partie, chapitre XII Extrait