Vous Faites Ou Vous Faîtes

Vous Faites Ou Vous Faîtes


image

J'avais envie de lire une comédie de Noël. J'ai vu passer un nombre incalculable de fois ce roman de Carène Ponte et j'avais très envie de le lire. Déjà, je suis tombée sous le charme de la couverture, représentant un pull de Noël, le genre de truc qu'on n'aime pas trop porter. Ensuite, je suis régulièrement Carène Ponte sur les réseaux sociaux, Instagram essentiellement, elle parle de ses romans mais aussi d'elle et de sa vie, et pas besoin de la suivre très longtemps pour comprendre qu'elle adore la période de Noël (elle a d'ailleurs montré sa déco, c'est à tomber par terre, allez jeter un oeil!).. Donc une auteure qui aime cette période de fêtes ne peut qu'écrire une histoire où Noël est roi et où on va retrouver tout ce qui fait un bon Noël. Je n'ai même pas lu le résumé. En achetant ce livre, je me suis tout de suite doutée que j'allais aimer. Bon, je connaissais déjà l'humour de l'auteure car j'ai déjà lu un autre de ses romans, Avec des si et des peut-être, que j'avais gagné à un concours, et j'avais été ravie de cette lecture. J'étais donc certaine de passer à nouveau un bon moment ici.Et je n'ai pas été déçue du tout. Ça démarre fort, vite, on est vite plongés dans l'action. On fait la connaissance de Pauline qui rentre de la fête de Noël organisée à son travail. Elle ne rentre pas seule. Elle est accompagnée d'Hervé, et la situation entre eux est plus que torride, si vous voyez ce que je veux dire. Ils sont en train de faire l'amour comme des sauvages contre le mur du parking. Un moment surtout dû au taux d'alcool dans le sang de chacun des protagonistes. La chose que Pauline avait oublié et qui va lui être rappelée une fois rentrée chez elle, c'est que le parking de son immeuble vient d'être équipé de caméras de surveillance. Et je vous le donne en mille, la scène de sexe torride a certainement dû être enregistrée. C'est la panique pour Pauline, tout son immeuble va être au courant, la voir, mais pire encore...une de ses collègues de travail habite au même endroit qu'elle et va donc tout raconter au bureau. Quel dilemme pour elle ! Elle qui pensait passer des vacances tranquille en pyjama licorne devant des séries Netflix, il va falloir qu'elle change ses plans. Aidée de ses amis, elle va essayer de rentrer par effraction dans l'appartement du gardien pour arriver à mettre la main sur les enregistrements. Mais ça ne va pas se passer comme elle l'avait prévu et le gardien va lui tomber dessus. Il va, bien sûr, se demander ce qu'elle fait là, elle va lui expliquer. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé sa franchise à ce moment-là. Il va lui proposer un marché que Pauline ne peut refuser, car si elle fait ce qu'il lui demande, il effacera l'enregistrement. Et voilà donc Pauline embarquée dans des vacances qui lui paraissent lourdes au début, mais qui vont petit à petit lui faire changer d'avis sur Noël, et c'est sans compter sur le charme de son gardien...J'ai tout de suite beaucoup aimé Pauline, c'est une jeune femme dynamique, rigolote, pleine de facéties, mais aussi très attachante et sensible. Elle cache derrière son humour une fragilité qui la rend très sympathique. Elle n'a pas peur de se montrer parfois ridicule, elle fonce dans le tas, elle fait et elle assume par la suite. C'est une jeune femme que j'aimerais beaucoup avoir comme amie. Les autres personnages que l'on va rencontrer au fur et à mesure dans l'histoire sont tous aussi attachants les uns que les autres. J'ai beaucoup aimé Hélène, une femme qui vit sa passion et qui se moque bien de ce que pensent les autres, du moment qu'elle rend sa famille heureuse. Mais il y a aussi Maddie, Ludovic, David bien sûr, et même Donovan qui m'a énervée au début mais a su évoluer positivement. Sans oublier Pilou, un toutou inspiré par un ami blogueur de Carène que je suis aussi, c'était marrant de le retrouver là.Cette histoire véhicule tous les beaux messages de Noël qui font du bien et font rêver. L'ambiance est superbement retranscrite et les décors sont magnifiques et imprégnés de la magie de Noël. On va se retrouver en montagne, dans un chalet, avec de belles décorations, un sapin, un marché de Noël, de la neige. Tout ce qui fait qu'un Noël peut être féérique, enfin pour moi en tout cas. Cette histoire comporte tous les codes qui font que ce jour est plein de magie, d'amour et de bonheur. Elle vous apprend à profiter de ces moments en famille, des petites attentions qui font du bien au coeur. Moi qui suis un peu comme Hélène, très traditionaliste dans ma façon de fêter Noël, j'ai été contente de voir dans un livre des personnages comme moi. On m'a souvent reproché ce côté traditionnel, avec les musiques de Noël, etc...mais je trouve que ce moment est tellement particulier qu'il faut le rendre rare pour que cela reste de bons souvenirs pour les êtres aimés. Et tout cela ne serait pas parfait s'il n'y avait pas la plume de Carène Ponte pour magnifier le tout. le style est fluide, et l'humour est présent dans chaque page. Un humour subtil et délicat mais qui fait sourire à tous les coups. Et j'adore ces annotations de fin de page où elle porte à la dérision certaines remarques de l'histoire. En plus de l'humour, elle apporte à son texte plein de tendresse et d'amour qui font du bien. Ce livre amène plein de choupinitude (oui oui, ce mot existe), de moments cocooning ou pétillants, de bien-être, de fraicheur et de joie dans nos vies. C'est sans doute très cliché, mais j'ai lu ce livre dans mon fauteuil au coin du feu avec un bon thé, et je peux vous dire que j'ai eu beaucoup de mal à décrocher de ma lecture tellement je voulais rester dans ce moment de plénitude, comme si j'étais enveloppée dans du coton. L'auteure fait très bien ressortir tous les sentiments de ses personnages. La narration est à la première personne du singulier, j'aime beaucoup cette façon de faire et l'emploi de ce « je » qui permet de rentrer dans la peau de l'héroïne, ici Pauline, de ressentir au plus près tout ce qu'elle vit. Je me suis pris ainsi de grosses vagues de tendresse plus d'une fois. le final est à la hauteur du reste de l'histoire, c'est une romance, donc on se doute bien de comment ça va finir, mais ce qui est toujours intéressant de voir dans ces cas là, c'est le chemin pris par l'auteure pour y arriver. Les émotions sont alors au maximum et on ne peut s'empêcher d'écraser une larmounette... En plus, quelle ne fut pas ma surprise et ma joie de lire ces trois mots magiques à la fin « To be continued »...ce qui veut dire que l'on va retrouver Pauline et tous les autres dans une autre histoire ! J'ai déjà tellement hâte !J'ai déjà lu des romances de Noël, certaines se passent à Noël mais dans des décors ou des événements peu propices, je peux vous assurer que celle-ci est parfaitement réussie et contient tous les codes que l'on peut s'imaginer. Je ne peux que vous la recommander vivement, elle est idéale à lire en cette période de préparatifs ou au moment des fêtes pour rester encore plus intensément dans l'ambiance festive. À déguster comme un chocolat de Noël, emmitouflé dans un plaid bien chaud avec le mauvais temps derrière les carreaux...Carène Ponte est une auteure que je vais continuer à suivre, je vais essayer de me procurer petit à petit ses précédents romans pour continuer à la découvrir. Et j'ai tellement aimé ce livre lu en numérique que je vais très surement me l'acheter au format papier pour l'avoir dans ma bibliothèque. Cette chronique fait suite à un achat, j'avais tenté de demandé le livre en service presse auprès de la maison d'édition, mais n'ayant jamais eu de réponse, j'ai préféré me l'acheter. J'aurais pu ne pas rédiger cet avis, je n'étais tenue par aucune obligation, mais j'avais tellement envie de partager avec vous tout le bonheur que j'ai eu à lire ce livre. Et c'est loin d'être une chronique de complaisance envers l'auteure, je ne la connais pas personnellement, ce n'est pas un service presse, même si je dis toujours ce que je pense, en bien ou en mal dans mes avis. J'ai essayé de vous transmettre tout le plaisir que cette lecture m'a procurée. Un grand merci à Carène Ponte pour tout ce qu'elle a fait passer dans son histoire et tout ce qu'elle m'a fait vivre... à bientôt pour une nouvelle lecture !

faites - Conjugaison du verbe faites

La réponse est simple : le verbe « faire » ne prend pas d'accent circonflexe ! « Vous faites » s'écrit ainsi. La deuxième personne du pluriel du présent de l'indicatif du verbe faire ne prend donc pas d'accent.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Même si on écrit, nous faisons, on le prononce comme nous fesons. Notez également la 2e personne du pluriel : vous faites. Synonyme du verbe faire. affaisser - faire fléchir - boursicoteur - se plier - se tasser - conduire - employer - agissant - agir - entreprendre - procéder - exécuter - prendre - commettre - constituer - former - créer - instaurer - établir - composer - bâtir - org . « Faites » s'emploie aussi comme participe passé (fait, faits, faite, faites), ou à l'impératif présent toujours avec un « s ».Il n'existe pas de « faite » sans « s » dans un autre mode. Au...

Faites/faite/fête/faîte - francaisfacile.com

"Vous faîtes" ou "vous faites" ? "Vous faîtes", avec un accent, n'existe pas ! Le verbe "faire" ne prend jamais d'accent. "Faîte (s)" existe bien dans le dictionnaire mais c'est un nom qui signifie " sommet " et qu'on retrouve, par exemple, dans l'expression "au faîte de sa gloire".. Verbe faites - La conjugaison à tous les temps du verbe faites au masculin à la voix active avec l'auxiliaire avoir. Synonyme du verbe faites. - le faîte (partie la plus élevée d'un arbre, d'une maison) ou - faite (participe passé du verbe « faire », au féminin singulier) ou - faites (= verbe « faire » à la 2e personne du pluriel). En complétant les phrases suivantes, vous découvrirez une jolie ville de France nommée « Bayonne » : . - faites et faîtes n'ont pas la même signification : faîtes est le pluriel de faîte, celui du toit. C'est un nom masculin qui signifie l'arête supérieure d'une toiture. Faites est la deuxième personne du pluriel du présent de l'indicatif du verbe faire ou de l'impératif : Vous faites bien la cuisine. Faites vite, il pleut! - dites et dîtes existent tous les deux mais ne sont pas

Vous faîtes pour vous faites | Académie française

Les parfaits latins, à l'origine de nos passés simples, se terminaient, à la deuxième personne du pluriel, en istis : amavistis, « vous aimâtes », fecistis, « vous fîtes ». Dans le passage du latin au français, le premier s est tombé, mais il a été remplacé, comme on peut le voir, par un accent circonflexe.. La conjugaison du verbe faire sa définition et ses synonymes. Conjuguer le verbe faire à indicatif, subjonctif, impératif, infinitif, conditionnel, participe, gérondif.. "Mais FAÎTES donc attention, Pierre-Richard, vous allez glisser sur cette peau de banane et tomber sur votre popotin !". AÏE!Quand il s'agit du verbe FAIRE à l'impératif, point d'accent circonflexe, par pitié, mais un point, c'est tout ! "Fais", "faisons", "FAITES ".Idem pour le présent de l'indicatif "vous FAITES ".. Voilà, c'est dit. Je vous ai mis le point sur le i.