Outsiders (série Télévisée)

Outsiders (série Télévisée)


image

Ce tome fait suite à Machine à tuer (épisodes 17 à 24 et 23.1) qu'il vaut mieux avoir lu avant. Il contient les épisodes 25 à 31, initialement parus en 2014, écrits par Jeff Lemire, dessinés et encrés par Andrea Sorrentino, avec une mise en couleurs par Marcelo Maiolo. Il y a également 14 pages, écrites par Lemire, dessinées par Denys Cowan, encrées par Bill Sienkiewicz, et mises en couleurs par Matt Hollingsworth.Le premier épisode se déroule concomitamment à aux événements de Année zéro. Oliver Queen effectue son retour à Seattle, où il reprend contact avec Emerson, puis va au secours de sa mère à Gotham. Durant cette période, après avoir été blessé, Green Arrow vient se réfugier chez John Diggle, et le recrute.De retour au temps présent, Green Arrow (Oliver Queen) retourne sur l'île où il a été naufragé, en compagnie de Shado. Ils sont à la recherche de la flèche totémique dont le propriétaire devient le chef du clan de la flèche. Sur place, ils doivent trouver la cachette de cette flèche, et faire face aux guerriers du clan du Bouclier et de Kodiak, leur chef. En arizona, Magus recrute Butcher pour une raison qui reste à découvrir. Puis Magus va recruter Katana (Tatsu Yamashiro) à San Francisco. À Seattle, Richard Dragon continue de s'imposer parmi la pègre. À Prague, Golgotha (le chef du clan de la Lance) fédère les clans, contre l'avis de Komodo (le chef du clan de l'Arc).Jeff Lemire continue de dépoussiérer des noms du passé, en particulier Richard Dragon, Butcher et Shado. Dans ces pages, Richard Dragon n'apparaît qu'à la fin et ne bénéficie d'aucun développement. Butcher reste également à l'état de dispositif narratif et de porte-nom sans personnalité. Il n'y a que Shado qui accompagne le personnage principal que le lecteur peut voir plus régulièrement. Par contre, elle sert également de dispositif narratif pour guider le personnage et savoir où il doit se rendre et comment retrouver cette fameuse flèche totémique.L'intérêt du récit se consacre donc sur Oliver Queen, et sur l'intrigue elle-même. le lecteur découvre, en même tant que Green Arrow, que son séjour initial sur l'île (celui où il est passé de fils à papa, à jeune adulte mûr, responsable et endurci) n'est pas le fruit du hasard. Lemire n'hésite pas à sortir l'artillerie lourde en matière de grosses ficelles pour ajouter du piment à son intrigue. Green Arrow réagit comme un jeune homme trahi : avec plein de fougue, en écoutant plus ses émotions que la voie de la raison. Côté intrigue principale, Lemire livre ce qu'il avait promis dans le tome précédent : une guerre entre les 7 clans, chacun étant expert dans le maniement d'une arme (par exemple, l'arc, ou la lance). Là encore, le fil conducteur est assez basique, au point que l'élément le plus intéressant finit par être la manière dont Lemire intègre Katana et son historique version New 52 (voir Soultaker en anglais).Pourtant ce tome fournit un bon niveau de divertissement, essentiellement grâce à l'interprétation et la mise en images de Sorrentino, très bien secondé par le metteur en couleurs Marcelo Maiolo dont le travail complimente les dessins. Toute la saveur du travail de Sorretino provient de son dosage entre réalisme, cadrage et mise en scène.En surface le lecteur éprouve la sensation que les dessins pourraient être des photographies dont le contraste a été poussé à fond, afin de faire disparaître les menus détails, et de grossir les traits. Premier effet de cette approche graphique : le lecteur a l'impression d'être aux côtés de Green Arrow dans un monde très réel, qu'il s'agisse d'un bâtiment industriel désaffecté, de la partie sauvage d'une île avec ses rochers et sa végétation, d'un énorme caverne, de la petite pièce dans un appartement où travaillent les 2 comparses de Green Arrow, de la nef d'une église, ou d'une rue pavée sous la pluie.Deuxième effet de cette approche graphique, les personnages ont l'air réaliste, leurs tenues vestimentaires deviennent plausibles. Même le loup ridicule d'Oliver Queen semble possible, du fait de l'encrage qui le fond sans solution de continuité avec les éléments vraiment réalistes. Sorrentino réussit même à faire passer (d'un point de vue visuel) les 2 cicatrices en forme de croix sur les orbites de Magus, alors qu'un instant de recul permet de prendre conscience de l'idiotie de cette mutilation.Sorrentino place souvent sa prise de vue à hauteur des yeux des personnages. L'effet immédiat de ce choix est de donner l'impression au lecteur d'être sur place, à voir par lui-même ce qui se passe, avec ses propres yeux. L'implication est totale et très efficace.Sorrentino sait utiliser des mises en scène sophistiquées et conceptuelles sans en abuser. Dans chaque épisode, il conçoit au moins une fois une image dont l'impact est rehaussé par la mise en scène ou le découpage. Ainsi dans le premier épisode, la force d'une explosion est augmentée par une case prenant la forme de l'onomatopée reproduisant le bruit de l'explosion. Dans le deuxième épisode, la découverte de l'ampleur de la grotte est renforcée par un dessin en double page. Dans le troisième épisode la force d'un coup porté par Golgotha fait pencher les cases adjacentes. Épisode suivant, c'est les formes des cases de toute une double page qui adoptent le contour des onomatopées. Épisode suivant, une flèche tirée en plein ciel se sépare et chacune des 8 parties de la flèche atteint une case différente. Épisode 6, une double page est structurée suivant la forme d'une pointe de flèche. Dernier épisode, une double page comporte une centaine de cases minuscules pour rendre compte de la myriade de visions qui assaillent le héros.Avec ce deuxième tome réalisé par Jeff Lemire et Andrea Sorrentino, le lecteur apprécie le divertissement de choix qui lui est offert. Il se rend aussi compte que le scénario n'a rien de très original (et hop ! un personnage qui ressuscite, pour mieux mourir 4 épisodes plus loin), mais que les dessins de Sorrentino transfigurent l'intrigue pour la transformer en aventure noire et enlevée, pleine de surprises graphiques.

Outsiders (série télévisée) — Wikipédia

The Outsider : Toutes les informations de diffusion, les bandes-annonces, les photos et rediffusions de The Outsider avec Télé 7 Jours[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. The Outsider : Le mal insidieux. Séries. The Outsider : Le mal insidieux . 20 avril 2020 27 avril 2020. Par Emmanuel Francq OCS nous gâte avec "The Outisder" (le mal insidieux au cœur de l'apparente banalité, voilà qui le définit bien), cette adaptation en mini-série du roman homonyme de Stephen King. On pouvait craindre le pire au vu du nombre d'adaptations ratées, tant au cinéma . L'outsider (The Outsider), une mini-série dramatique basée sur le roman éponyme de Stephen King, est disponible en streaming sur Crave.

The Outsider - Saison 1 - Episodes de la Série TV

Le corps atrocement mutilé d'un garçon de onze ans est retrouvé dans une petite ville de l'Oklahoma. Les empreintes digitales et l'ADN présents sur les lieux du crime désignent aussitôt le coupable.... Outsiders est une série télévisée américaine en 26 épisodes de 43 minutes créée par Peter Mattei et diffusée entre le 26 janvier 2016 et le 25 avril 2017 sur WGN America et depuis le 6 janvier 2017 sur le service CraveTV au Canada. C'est la troisième série originale de WGN America.. Retrouvez tous les épisodes de la saison 1 de la série TV The Outsider ainsi que les news, personnages, photos et indiscrétions de tournage. . Pour "Outsiders", le cinéaste imposera à l'équipe du tournage, et à l'ensemble de ses comédiens débutants, de vivre séparément : il voulait ainsi recréer la tension entre ces deux bandes rivales. La bande-originale de "Outsiders" remportera, elle, un franc succès.

Outsiders - Série TV 2016 - AlloCiné

Outsiders est en fait à l'image de son titre : différente, elle sort du lot. C'est très agréable à regarder, les dialogues sont vivants et pas stupides ni prévisibles, l'idée de base est.... OSC dégaine ce soir The Outsider, une nouvelle série made in HBO mêlant thriller et surnaturel adaptée du best-seller du maître de l'horreur Stephen King.. D'origine Américaine, The Outsider est une mini-série dramatique criminelle et d'horreurcréée par Richard Price et adaptée du roman de Stephen King. La première saison de cette série HBO est composée de 10 épisodes de 50 à 60 minutes chacun.