The Wicked + The Divine

The Wicked + The Divine


image

Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il comprend les épisodes 1 à 5, initialement parus en 2014, écrits par Kieron Gillen, dessinés et encrés par Jamie McKelvie, avec une mise en couleurs réalisée par Matthew Wilson. Les couvertures ont été réalisées par McKelvie & Wilson. le tome comprend également les couvertures variantes réalisées par Bryan Lee O'Malley, Chip Zdarsky, Stephanie Hans, Kevin Wada, Becky Cloonan, ainsi que 3 couvertures variantes de McKelvie. Il comprend aussi la bande annonce de la série : 2 pages de bande dessinée conçue comme une collection de moments clé, rapprochés les uns des autres.Le 31 décembre 1923, 4 personnes sont assises à une table ronde avec chacun un verre de vin. La table peut accueillir 12 personnes, et il y a un crâne sur la table, devant chacune des chaises vides. Une vieille femme avec un masque se tient debout, leur demande s'ils souhaitent ajouter quelque chose, les assure de son amour, leur dit au revoir et quitte la pièce. Baal (Hammon), Amaterasu, Minerva et Susannoo claquent des doigts avec leur main droite et le manoir explose, les tuant. le premier janvier 2014, dans le quartier résidentiel de Brockley dans le Sud de Londres, Laura Wilson (17 ans) sort de la maison de ses parents. Elle s'arrête dans des toilettes publiques pour se changer, avec une perruque rouge, et une robe blanche, complétée par un magnifique collier. Elle se rend au concert de la chanteuse pop Amaterasu, complètement sous le charme de son chant, comme tous les autres spectateurs. À la fin du concert, toutes les personnes présentes s'évanouissent pendant la dernière chanson. Laura est la première à reprendre connaissance. Elle constate qu'elle est observée par une femme habillée d'un costume blanc, qui connaît son prénom, qui la félicite d'être la première à reprendre conscience et qui s'allume une cigarette avec une flamme jaillie de son pouce droit.Laura reconnaît en son interlocutrice Luci, une autre star de la pop qu'elle est également allée voir en concert. À sa grande surprise, Luci propose à Laura D aller rencontrer Amaterasu qui est en train de donner une interview dans le salon d'à côté. Dans la pièce, se trouve également une autre star pop Sakhmet. Répondant aux questions de l'intervieweuse Cassandra Igarashi, Amaterasu explique qu'elle est une déesse, qu'elle vit pour être source d'inspiration pour ses fans. Iagarashi la prend de haut, lui rappelant qu'elle est une jeune femme de 17 ans s'appelant en réalité Hazel Greenaway, originaire d'Exeter. Igarashi ne se laisse pas embobiner et indique qu'elle connaît la musique : le concept de Récurrence, une fois par siècle une douzaine de dieux s'incarnent sur Terre, et ils disposent de 2 ans de vie avant de mourir à nouveau. Elle estime que ces soi-disant dieux (Amaterasu, Luci, Sakhmet) sont des imposteurs ayant acquis un vernis de culture mythologique en lisant wikipedia. Tout d'un coup Sakhmet bondit de son canapé, distrait par un point rouge qui bouge sur le mur. Une pluie de balles s'abat sur la pièce, provenant de 2 tireurs d'élite postés sur le toit de l'immeuble d'en face. Luci décide de prendre les choses en main.Kieron Gillen et Jamie McKelvie n'en sont pas à leur coup d'essai, ayant déjà réalisé la série indépendante Phonogram et une saison des Young Avengers pour Marvel. En prenant ce tome en main, le lecteur constate tout de suite le soin apporté à son design, depuis les couvertures très impressionnantes avec les gros plans de visage, aux pages d'intertitres, en passant par les sigles des popstars dans les petits badges ronds disposés en cercle. Ensuite, il est impressionné par l'apparence clinique et détachée des dessins. Jamie McKelvie utilise un trait noir très fin pour détourer les surfaces, donnant une impression de description précise, mêlée d'une impression de propreté, de netteté et de dessin très facile à lire. Il montre exactement les choses et les gens comme ils sont, tout en introduisant un degré de simplification, comme s'il ne s'attachait qu'à rendre des contours clairs et nets. le lecteur constate dans le même temps que le travail de mise en couleurs de Matthew Wilson complète et nourrit ces contours détourés, de manière simple, sans appliquer des dégradés aux milles nuances, ni en ajoutant des textures sur chaque surface. du coup, avec des formes aux contours nets et évidents, et une mise en couleurs cadrée, les cases prennent une apparence simple et évidente, offrant une lecture d'une grande facilité. de même l'intrigue s'avère très linéaire. Un groupe de jeunes gens prétend être la réincarnation de dieux pour une durée de 2 ans. La séquence d'ouverture indique au lecteur qu'il s'agit d'un fait attesté dans le cadre du récit. La dynamique du récit repose sur une enquête : quel est le dieu responsable du meurtre du juge Holmes ? Facile d'accès et simple de lecture.Dès la première scène, le lecteur est happé par l'ambiance de mystère macabre (un crâne en gros plan, une forme de suicide collectif) et par le pouvoir de séduction des dessins. Ils sont propres sur eux et nets, avec des détails raffinés. le lecteur peut voir la forme des boutons de manchette assortie à la cravate, le collier de perle, le masque de perle d'Ananke richement décoré, le motif imprimé de sa robe, la forme des chaises au dossier très droit, les dalles du carrelage, etc. Il prend conscience qu'il ne manque que la sensation de texture des matériaux pour que la description soit complète, tout en se rendant compte que si le dessinateur ou le coloriste avait ajouté ces informations visuelles, les dessins deviendraient surchargés et illisibles. Avec cette entrée en matière, il devient sensible à la manière dont la narration visuelle apporte des informations. Rapidement, il observe comment les dessins montrent la personnalité des différents personnages divins, à commencer par leur tenue vestimentaire : le costume blanc chic et sophistiqué de Luci, les tenues changeantes de Morrigan en fonction de sa personnalité dominante du moment, le costume rouge haute couture de Baal Hadad porté sur un teeshirt et une chaîne en or, la robe vaporeuse d'Amaterasu. Cette attention apportée aux tenues vestimentaires participe visuellement à souligner l'importance que ces individus accordent à leur apparence.De la même manière, la première scène attire l'attention du lecteur sur le choix du mobilier, sa disposition et la décoration d'intérieur. Effectivement par la suite, Jamie McKelvie continue à créer des environnements concrets et plein de personnalité. le lecteur reconnait immédiatement une rue résidentielle de Londres, avec ses maison bien alignées à 1 étage et ses fenêtres à guillotine, les coulisses de la scène avec leurs murs en brique non décorés et l'éclairage industriel, la salle d'audience où le juge Holmes entend la déposition piquante de Luci, le petit jardinet minable de la maison des parents d'Eleanor Rigby, la décoration m'as-tu-vu de l'appartement de Baal… Progressivement, le lecteur se rend compte de la manière dont McKelvie accentue discrètement une expression de visage de ci de là, conférant également un petit supplément d'âme au personnage en train de s'exprimer. L'artiste n'est pas en reste pour les moments spectaculaires comme des bris de vitre, une tête qui explose, une tête tranchée, un mur composé de visages d'Ananke, une nuée de corbeaux… Même s'il utilise beaucoup la succession de têtes en train de parler pour les dialogues, Jamie McKelvie conçoit ces champs et contrechamps de manière différente pour chaque discussion, avec des visages expressifs, que ce soit par le regard, par la forme de la bouche, et même par l'inclinaison de la tête.L'écriture de Kieron Gillen s'avère tout aussi séduisante. Il est difficile de résister à ses dieux hautains, à l'aura irrésistible, à la célébrité sans remords, au caractère difficile. Ils sont humanisés au travers du regard de Laura Wilson, une vraie fan qui les côtoie et qui n'hésite pas à s'impliquer personnellement pour les aider, surtout pour aider Luci. Au-delà de l'enquête pour découvrir le vrai coupable du meurtre du Judge Holmes, le lecteur prend plaisir à côtoyer lui aussi ces individus hautains, confiants dans leur supériorité par rapport aux simples humains, mais aussi tragiques car ils savent qu'ils ne disposent que de 2 ans pour profiter de leur condition. Bien sûr, le lecteur peut y lire une métaphore de la jeunesse, de cet âge de tous les possibles, des découvertes et d'un rythme de vie effréné. S'il est en phase avec la culture pop de Kieron Gillen, il relève des clins d'oeil discrets à quelques chansons. Par exemple, quand aura Wilson indique qu'elle a tout juste 17 ans, Luci complète sa phrase par une autre phrase extraite de I saw her standing there, des Beatles. Mais ces références sont en arrière-plan de la narration, sans jamais devenir l'unique intérêt de la lecture. Ce premier tome se focalise sur la relation entre Laura et Luci. Cette dernière révèle la déité qu'elle incarne dès sa première apparition, et le lecteur découvre avec surprise que le scénariste développe un portrait social et psychologique aussi inattendu que pénétrant de cette personne. La mort survenant dans le dernier épisode rappelle également que l'histoire s'ouvre avec un gros plan sur un crâne, déjà un symbole de la mort.Ce premier tome remplit pleinement son office : le lecteur sait qu'il reviendra pour connaître la suite de l'histoire, totalement fasciné par ces individus se déclarant divinité. Il est sous le charme de l'élégance des dessins des Jamie McKelvie et de la mise en couleurs de Matthew Wilson. Il est séduit par la personnalité de la narration, intelligente, cultivée, matoise.

The Wicked + The Divine, Vol. 1: The Faust Act by Kieron

The Wicked + The Divine has always been a comic obsessed with the end. "In two years, they are dead," the blurbs have promised since the very first issue. It's taken five years, but with the[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. The Wicked + The Divine is a comic series by Kieron Gillen, Jamie McKelvie, Matthew Wilson and Clayton Cowles, and is published monthly by Image Comics.This wiki currently contains 188 articles and 446 images. If you're new to Wikia, check out the help pages before getting started.. WARNING: This wiki contains spoilers. Proceed with caution. . An uneven conclusion to Kieron Gillen and Jamie McKelive's ongoing series The Wicked + The Divine. I've always had a love/hate relationship to this comic, mostly stemming from the plot and at times convoluted narrative. Much is revealed in this final volume including a surprising amount of one-shots that expand upon the mythos Gillen has

Amazon.com: The Wicked + The Divine Deluxe Edition: Year

The Wicked + The Divine. Read the First Issue Online. Every ninety years, twelve gods incarnate as humans. They are loved. They are hated. In two years, they are dead. The team behind critically thermonuclear floor-fillers Young Avengers and PHONOGRAM reunite to start a new ongoing superhero fantasy.. The Wicked + The Divine, Vol. 1 book. Read 4,544 reviews from the world's largest community for readers. Every ninety years, twelve gods incarnate as hum.... Ich habe mir die The Wicked + The Divine Deluxe Edition gekauft, ohne viel über den Inhalt zu wissen. Das Buch an sich ist sehr schön gebunden und hochwertig verarbeitet. Die Zeichnungen sind wunderschön, farblich sehr gut gestaltet und gehören für mich zu dem Besten was ich in der Hinsicht kenne. . The Wicked + The Divine is a comic series written by Kieron Gillen, illustrated by Jamie McKelvie, colored by Matt Wilson, and lettered by Clayton Cowles.It is published by Image Comics.. Every ninety years, twelve gods return as young people. They are loved. They are hated. In two years, they are all dead.

Amazon.com: The Wicked + The Divine, Vol. 1: The Faust Act

The Wicked + The Divine is just that... wickedly divine. It's an indulgent look at how we look at religion, music, society, youth, and death. It's simply a masterpiece. It's mystery layered into a mystery. We have all been Laura at some point, loving music artist to the point of obsession.. The Wicked + The Divine Vol 09. Publisher: Image Comics (W) Kieron Gillen (A/CA) Jamie McKelvie. FINAL STORY ARC! After five years, we reach the final volume. We do not go gentle into that good night, but go driving a converted tank, covered in glitter and spangles, with a sound system audible from Mars blaring nothing but bangers.. The Morrigan is the Celtic Goddess of war, battle, strife, sovereignty, land, death, fate and prophecy, and is one of the gods of the Recurrence. Symbolized by a skull decorated with a black crow mask, she is known to have appeared in the 1830s, 1920s and 2010s Recurrences. Before her incarnation, the Morrigan's name was Marian. She became very ill when she was thirteen, to the point where she