Vrai Nom De Famille De Laurel

Vrai Nom De Famille De Laurel


image

"La campagne anglaise, une ferme au milieu de nulle part, une journée d'été au début des années 1960. La bâtisse est discrète: des colombages dont la peinture blanche s'écaille tranquillement sur la façade ouest, une clématite qui grimpe sur les murs. Des cheminées, une fumée s'échappe; et rien qu'à voir ces volutes on sait qu'un bon plat mijote sur la cuisinière. Mais aussi, le potager tout simple derrière la maison, les fières lueurs que lancent les fenêtres ornées de vitraux, le soigneux entrechevêtrement des tuiles sur le toit."Greenacres, 1960: Laurel, une jeune fille de 16 ans, s'est réfugiée dans une cabane en haut d'un arbre pour pouvoir penser à son futur rendez-vous avec le beau Billy. Mais l'arrivée d'un homme au loin interrompt sa rêverie. Comme les visites sont rares dans la ferme des Nicolson, elle l'observe avec curiosité. L'inconnu aborde sa mère: "Bonjour, Dorothy [...] Cela faisait longtemps." Et "la suite se déroul[e] en un éclair. Un éclair argentin et liquide que Laurel n'oublierait pas.[...] le couteau s'abat droit dans la poitrine de l'homme". L'individu s'écroule, mort. Plus tard, lors de l'enquête, l'adolescente témoigne en faveur de sa mère.Suffolk, 2001: on retrouve Laurel, devenue une actrice connue. Elle se rend à l'hôpital au chevet de sa mère très malade. Parmi les affaires de cette dernière, elle retrouve une photo d'elle, prise en 1941 aux côtés d'une certaine Vivien, une amie dont elle n'a jamais entendu parler. Elle décide alors de mener une enquête sur le passé de Dorothy et de comprendre les motivations qui l'ont poussé à tuer cet homme.Kate Morton est une romancière australienne dont j'ai découvert l'oeuvre cette année. J'ai en effet parcouru avec beaucoup de plaisir le Jardin des secrets, son second ouvrage. Aussi, quand celui-ci est arrivé dans le fonds de la médiathèque où je travaille, je n'ai pas hésité longtemps avant de l'emprunter et de me plonger dedans.Une fois encore, l'auteur s'attaque à la thématique des secrets de famille. Laurel a assisté à un drame lors de son adolescence. Elle a vu sa mère tuer un homme afin de protéger son petit frère et elle-même. Mais, devant la réaction de ses parents, elle n'a jamais osé en reparler et elle n'a jamais pu extérioriser les sentiments qu'elle avait eus. Elle n'a jamais osé en discuter non plus avec ses soeurs.Cette dissimulation lui a sans doute permis de réussir sa carrière d'artiste. En effet, "on [a admiré] sa capacité à construire ses personnages de l'intérieur, à plonger, jusqu'à disparaître, dans la peau d'une autre personne. Cela [n'a jamais été] un truc. Elle [a] simplement [pris] la peine de percer les secrets desdits personnages. C'est là que se trouv[e] la vérité d'un individu, dissimulée dans sa part d'ombre"Néanmoins, elle lui a peut-être coûté sa vie de femme. Tout comme son petit frère Gerry, elle est restée célibataire.A l'aube de la soixantaine et confrontée à la mort imminente de sa mère, elle veut comprendre. Quel était cet homme? Etait-il vraiment un inconnu? Quel passé partageait-il avec Dorothy? Pourquoi n'a t'elle jamais rencontré cette Vivien de la photo?Laurel va entamer une enquête sur ses origines, sur les secrets de famille qui se mettent "à ramper sous la surface des existences, avant de surgir par une brèche dans les remparts qu'avaient dressé leurs gardiens"Et nous allons la suivre tout au long de ses investigations. Cependant, loin de rédiger un récit linéaire, Kate Morton s'est attachée à brouiller les pistes. En effet, plusieurs voix se font entendre: celle de Laurel, de Dorothy et de Vivien. de même, nous retrouvons ces narratrices dans différentes temporalités. Ainsi, le lecteur évolue sans cesse entre 1941, 1960, 2011, 1929...Il est même convié parfois à se plonger dans des journaux intimes ou des extraits de correspondance.Cette construction confère une grande force au récit. Comme pour le Jardin des secrets, j'ai pris beaucoup de plaisir à me perdre dans les méandres du passé et à chercher les indices pour tenter de comprendre. Jusqu'au bout, de fausse piste en fausse piste, le suspense est resté intact et je dois dire que je m'attendais pas du tout au dénouement. J'ai été totalement surprise par la révélation finale.J'ai également beaucoup aimé les personnages. La romancière a su camper des protagonistes forts, à l'instar de Dorothy, Vivien et Jimmy. La mère de Laurel se révèle une femme fascinante, rongée par la culpabilité. Elle reconnaît sans cesse la chance qu'elle a eue de pouvoir recommencer une nouvelle vie et plus la mort se rapproche, plus elle se reproche le mal qu'elle a pu faire.Dans son ancienne existence, on rencontre Jimmy, un jeune homme talentueux qui est parti vivre à Londres pendant la Seconde Guerre mondiale avec son père âgé. Il tente de percer dans l'univers de la photographie et d'assurer ainsi un avenir solide à sa fiancée. Les clichés qu'il prend constituent autant de témoignages forts du conflit qui fait rage et vont le mener à Vivien, la jeune femme de la photo.De même, Kate Morton a réussi à restituer l'atmosphère des différentes périodes que le lecteur est amené à traverser. J'ai particulièrement été frappée par le récit situé pendant le Seconde Guerre mondiale. Je me suis parfaitement imaginée dans les cantines de guerre ou terrée dans un appartement alors que les bombes tombaient tout près...Bref, vous l'aurez compris: ce roman a été un coup de coeur. Je me suis plongée lundi dans ce récit haletant et je l'ai englouti en deux jours. J'avais hâte de découvrir les secrets de la famille Nicolson et je dois avouer que je n'ai pas été du tout déçue par le dénouement. Si vous cherchez un roman à tiroirs, une belle histoire d'amour, émaillée de multiples mystères, alors cet ouvrage est fait pour vous. Je me demande même si je ne le reprendrai pas un jour pour le plaisir de décortiquer la mécanique narrative et relire certains mots en y mettant un autre sens.

Stan Laurel — Wikipédia

Stan Laurel, de son vrai nom Arthur Stanley Jefferson, né le 16 juin 1890 à Ulverston, dans le Lancashire, en Angleterre du nord, dans une famille de gens du spectacle ; sa mère Madge Metclafe et son père Arthur Jefferson sont acteurs de théâtre. Les études scolaires lassent très vite le jeune Stan, qui ne rêve que d'une chose monter sur les planches. Son père ne contrarie pas sa.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Stan Laurel, de son vrai nom Arthur Stanley Jefferson, né le 16 juin 1890 à Ulverston, dans le Lancashire, en Angleterre du nord, dans une famille de gens du spectacle ; sa mère Madge Metclafe et son père Arthur Jefferson sont acteurs de théâtre. . Laurel et Hardy est le nom d'un duo comique constitué en 1927 et formé par les acteurs Stan Laurel (1890-1965) et Oliver Hardy (1892-1957). Durant une carrière de près de 25 ans et de plus de 100 films, ce duo atteindra une notoriété telle qu'il reste sans doute à ce jour le tandem le plus célèbre de toute l'histoire du cinéma.

Nom de famille : LAUREL - Geneanet

Origine : Laurel est un prénom du genre masculin c'est un dérivé de laur laur est un prénom du genre masculin l'origine de ce nom est latine sa fête se célèbre le 21 juillet /10 aout /14 novembre son étymologie vient de laurus : le laurier /symbole de la gloire chez les grecs .. Arthur Stanley Jefferson, dit Stan Laurel, né le 16 juin 1890 à Ulverston, Lancashire dans le nord de l'Angleterre [1] (aujourd'hui en Cumbria) et mort le 23 février 1965 à Santa Monica aux États-Unis [2], est un acteur, scénariste et réalisateur britannique. Avec Oliver Hardy, il forme le célèbre duo comique Laurel et Hardy et est considéré comme un maître du cinéma burlesque. Tout savoir sur le patronyme LAUREL Fréquence du patronyme LAUREL: Ce patronyme est présent 2 881 fois sur Geneanet ! Variantes du nom de famille. L'orthographe des noms de famille a parfois évolué au cours des siècles. . Shy'm s'est fait connaître du grand public durant l'année 2006 grâce à son duo avec K-Maro sur le titre « Histoire de Luv ». Son premier opus, « Mes fantaisies », sorti en novembre 2006, a

Découvrez l'origine du nom LAUREL - Geneanet

Étymologie. Laureau : Surtout porté en Bourgogne, c'est un diminutif du nom de personne Laur (latin Laurus), équivalent du prénom anglais Laurel (également nom de famille en Aveyron). Variantes : Laureaud (71, 69), Laureaut (51), Laureaux (52). Avec changement de suffixe : Laurot (Bourgogne). Forme corse : Laurel li. Chercher les LAUREL sur Geneanet.. Ce soir, Gulli met encore à l'honneur les fameux « talkies » de Laurel et Hardy, ces premiers films parlants que le duo vedette du cinéma muet tourna à la fin des années 20 lorsque le 7ème. Devant leur statut de célébrité, de nombreux people ont changé de noms. Découvrez les vrais noms de 15 d'entre eux.